Jours fériés : quels sont vos droits ?

Entre les dérogations et les règles strictes, il est difficile d’officialiser un jour férié chômé. La plupart des jours dits fériés dépendent en effet du secteur d’activité et de chaque entreprise. Quels sont donc les droits des salariés ?

Généralités sur les jours fériés

La loi veut en France que tous les jours fériés soient chômés, mais rien n’interdit les exceptions. Le 1er mai est le seul jour férié chômé obligatoire en France hormis les établissements de services de base comme les hôpitaux et les transports. Pour le reste des jours fériés, les employeurs peuvent tout de même faire travailler leurs employés. Il est tout simplement question d’un accord au niveau de chaque entreprise. Les ponts pour leur part ne sont pas régis sous aucune loi en France. La décision appartient à chaque entreprise de poser un congé la veille ou le lendemain d’un jour férié. La plupart du temps, les entreprises accordent tout simplement une journée de réduction du temps de travail.

Salaires et indemnités pendant les jours fériés

Si vos employés décident de vous faire travailler pendant les jours fériés, vous touchez vos salaires et indemnités habituels. Il n’y a aucun complément à l’exception du 1er mai, fête du Travail où le salaire est doublé. Pour les jours fériés chômés, les salariés touchent le même salaire à condition de témoigner au moins 3 mois d’ancienneté. Ceci n’est pas valable pour les salariés à domicile, saisonniers et temporaires. Les employés peuvent attribuer un pont en imposant en contrepartie de récupérer les heures non travaillées avant ou après la date. Aucune majoration n’est accordée pour ces heures de récupération.

Cas des salariés de moins de 18 ans

Les salariés ou apprentis de moins de 18 ans ne travaillent pas obligatoirement pendant les jours fériés légaux. Ils perçoivent quand même un salaire complet. Dans certains secteurs, la nature des activités empêche l’application de ces jours fériés chômés, dont l’hôtellerie, la restauration, la boulangerie, la poissonnerie, les entreprises fabriquant des produits alimentaires à consommation immédiate… Dans ces cas, il faut octroyer 36 heures consécutives de repos hebdomadaire à l’employé.

About Author

emma

Leave a Reply