L’employeur peut-il imposer une tenue vestimentaire à ses salariés ?

Normalement, chaque salarié peut s’habiller comme il le veut. Toutefois, pour des raisons de sécurité, d’hygiène ou d’image de marque, l’employeur peut imposer une tenue spécifique ou des restrictions.

Quels intérêts pour l’entreprise ?

L’employeur est en droit de restreindre la liberté de ses employés en matière vestimentaire. Il peut appliquer des restrictions pour conserver l’image de la marque ou de l’entreprise. Il peut imposer un uniforme pour une question de sécurité ou d’hygiène. En tout cas, il doit justifier ses impositions. La justice accorde à l’employé le droit d’exiger une tenue propre et décente. Si un salarié s’obstine à porter des tenues jugées négligées qui nuisent à l’image de l’entreprise, il peut être licencié. L’employeur peut alors lister toutes les tenues considérées comme indécentes comme des bermudas, des tongs, des décolletés trop prononcés, des hauts transparents. En effet, le but n’est pas seulement de préserver l’image de l’entreprise vis-à-vis de la clientèle, mais également de préserver l’ordre au sein de l’entreprise. Un haut transparent peut par exemple causer un trouble au sein de la société.

Une question de sécurité et d’hygiène

Dans ce cas, il ne s’agit pas d’interdire telle ou telle tenue, mais d’imposer un uniforme aux salariés pour une question de sécurité. Il peut s’agir d’une combinaison, d’une blouse, d’un casque ou des chaussures de sécurité qu’il faut porter une fois sur les lieux de travail. Dans ce cas, l’employeur doit mettre ces tenues gratuitement à la disposition des employés.

Y a-t-il une contrepartie à ces obligations ?

Si l’entreprise impose aux salariés de s’habiller et se déshabiller sur les lieux de travail, elle doit donner une contrepartie sous forme financière ou de temps de repos. Si par contre, les salariés peuvent s’habiller et se déshabiller hors de l’entreprise (chez eux par exemple), la contrepartie n’est pas obligatoire. Si ceci n’est pas mentionné dans le contrat de travail, si le travail est insalubre, obligeant le salarié à se changer sur le lieu de travail, la contrepartie doit être due naturellement.

About Author

emma

Leave a Reply